carte-des-departements-regions-centre 28 45 18 41 36 37
DATES DE CHASSE
 

Migrateur

Colombidés : Connaissance, gestion, suivit :

Première espèce de petit gibier chassée en France, le pigeon ramier n’a cessé de se développer ces dernières années. Depuis la dernière enquête sur les oiseaux nicheurs 1985-1989, le pigeon ramier a continué son entreprise de colonisation du territoire National. Aujourd’hui, il est présent dans l’ensemble du pays. L’abondance augmente de manière significative depuis 1996 (+85%) en moyenne 4.5% par an depuis 2004 ; en milieu urbain elle a atteint +141%. Les densités les plus fortes sont enregistrées dans la moitié Nord de la France. Actuellement les populations nicheuses continuent à coloniser progressivement les régions méridionales du pays dont la capacité d’accueil semble ne pas être atteinte.

Le développement de la monoculture du maïs n’est pas l’apanage du Sud-Ouest. En Poitou- Charente, ou subsistent de grands espaces bocagers, les cultures de maïs représentent 12 % de la surface agricole utile. La forêt est aussi un biotope qui convient au pigeon ramier. Ainsi en région centre, la Sologne, qui s’étend sur prés de 500 000 hectares, est occupée aux trois quarts par la forêt et comporte 12 000 hectares d’étangs. De même en Seine Maritime, les 50 000 hectares de forêt domaniale sont, à plus de 80 %, composés de hêtres. Les FDC des départements concernés ont décidé de suivre l’exemple du GIFS (Groupement d’Intervention Faune Sauvage) et de contribuer ainsi à l’amélioration des connaissances sur l’hivernage du pigeon ramier en participant aux comptages aériens lors des mois de décembre et janvier.

De 1990 à 2009, 15 départements réalisent ces dénombrements de pigeons ramiers hivernants dans les secteurs agricoles. Depuis janvier 2010, la FDC 37 participe également à ces comptages permettant ainsi de nous informer annuellement sur un niveau minimum de population ainsi que sur la distribution des oiseaux sur le terrain.

Durant deux heures, l’ensemble du département est balayé. En passant à basse altitude (100 à 150 mètres), sur un tracé pré-établi, en milieu de journée (aux environs de midi), les oiseaux concentrés autour des cultures ou posés sur les arbres sont effarouchés et se regroupent en vol. Deux personnes installées à l’arrière de l’avion dénombrent les oiseaux. Ces derniers sont ensuite localisés par un point GPS sur le trajet par une troisième personne installée à l’avant.

Nos résultats départementaux montrent les résultats suivants :

Janvier 2010 : 820 oiseaux    Décembre 2010 : 5760 oiseaux
Janvier 2011 : 4825 oiseaux    Décembre 2011 : 818 oiseaux
Janvier 2012 : 1525 oiseaux    Décembre 2012 : 4901 oiseaux
Janvier 2013 : 10750 oiseaux    Décembre 2013 : 1255 oiseaux
Janvier 2014 : 2408 oiseaux