carte-des-departements-regions-centre 28 45 18 41 36 37
DATES DE CHASSE
 

Petit gibier

Prélèvements par saisons

ESPECES 2007/2008 2008/2009 2009/2010 2010/2011 2011/2012 2012/2013
LIEVRES 13 059 11 834 11 241 10 494 9 539 9 862
LAPINS 5 791 6 575 8 679 11 457 9 419 8 179
PERDRIX GRISES 5 476 4 482 4 319 4 088 4 824 4 173
PERDRIX ROUGES 4 390 3 141 2 820 3 083 2 722 2 272
FAISANS NATURELS 7 034 5 459 4 400 4 460 3 934 4 895
BECASSES 3 024 3 654 4 043 3 351 2 832 3 361
GRIVES 3 738 4 531 6 054 6 430 3 879
PIGEONS 19 164 26 230 22 416 33 920 23 863 31 452
COLVERTS 13 899 23 527 20 773 23 791 19 087 18 487
CORBEAUX CORNEILLES 6 197 7125 7792 6366 7 028
RENARDS 2775 3093 3729 4020 4 446

Faisans

Objectifs : création et renforcement de populations naturelles

Le faisan est une espèce qui s’adapte à des milieux très différents (plaine céréalière, zone de marais, bocage….), ses capacités en font une espèce d’avenir. Longtemps considéré à tort comme un gibier de substitution (tir), des populations naturelles exploitables par la chasse sont désormais régulièrement implantées et développées.

L’importance de la génétique

Les travaux de l’ONCFS ont mis en évidence une perte de qualité des faisans d’élevage, concernant leur caractère « sauvage », ne permettant pas (ou peu) une adaptation au milieu naturel.

En partant d’oiseaux capturés au sein de populations naturelles, l’ONCFS a permis la création d’une souche de faisans utilisés pour le repeuplement (sans chasse).

En Indre-et-Loire, plusieurs axes sont mis en place :

Pour améliorer la qualité des oiseaux de chasse

  • Par lâchers d’été, dans les mêmes conditions que pour les perdrix.
  • Par volière à ciel ouvert

Le principe permet également de libérer progressivement dans la nature, des jeunes faisans qui vont s’aguerrir dans et aux alentours de la volière, avec pour objectif d’améliorer la qualité des oiseaux à la chasse et tendre vers celles du gibier naturel.

Une subvention est proposée à la création de la volière (maxi 3000 €) avec le respect d’un cahier des charges défini.

Pour créer et gérer des populations naturelles

  • Interdiction du tir du faisan commun

Il s’agit de la mesure la plus efficace, la chasse de l’espèce est interdite pendant minimum 3 ans, les oiseaux de repeuplement sont lâchés soit en été (sub adultes) soit au printemps (reproducteurs). La subvention de la FDC37 est de 85 % de l’achat des oiseaux.

  • Tir uniquement des oiseaux munis de bagues et ponchos

Le principe est de maintenir la possibilité de chasser les faisans communs lâchés, qui sont alors munis de ponchos (visuel) et de bagues alaires (contrôle).

Cette technique permet de préserver les oiseaux naturels ou de repeuplement sur le terrain, elle a pour principaux défauts :

  • Le risque d’erreur des chasseurs (difficulté de visibilité du poncho),
  • La réintroduction régulière d’oiseaux d’élevage (dégradation génétique).

De fait, le développement des populations et la réussite des repeuplements peuvent être plus difficiles. La FDC37 subventionne les repeuplements à hauteur des 2/3 (66 %).

Toute implantation de faisan doit être suivie par un recensement des populations afin de suivre le déroulement de l’opération. Les méthodes de recensements sont nombreuses :

  • Recensement au percher : nombre d’individus se perchant au coucher du soleil,
  • Comptage en battue à blanc : nombre d’individus présents sur le territoire,
  • Comptage des coqs chanteurs : nombre de reproducteurs sur un territoire,
  • Échantillonnage : nombre de jeunes accompagnants les poules.

Lièvre

PLAN DE CHASSE LIEVRE

Le plan de chasse lièvre a été lancé pour la première fois en Indre et Loire en 1990 et a été étendu à l’ensemble du département (sur décision préfectorale) en 2007.

Comme le plan de chasse « Grands animaux », tout territoire désirant chasser cette espèce, par le biais de son responsable, doit faire une demande de plan de chasse auprès des services de la Fédération des chasseurs. Cette dernière, après étude et acceptation des services de l’état lui attribuera un nombre de bracelets à réaliser dans la période légale d’ouverture de son secteur.

Comme chaque hiver, les comptages nocturnes permettent de déterminer les IKA (Indices kilométriques d’abondance). C’est le travail de base le plus important, car il permet de donner une tendance de l’évolution de la population de lièvre dans chaque secteur du département et ainsi ajuster les prélèvements pour la saison à venir.

Il est d’ailleurs bon de souligner que les sous massifs dont l’IKA est inférieur à 3.5 sont en attribution 0 conformément à la décision de l’assemblée générale du 2 Avril 2011.

En 2012/2013, le prélèvement est d’environ 10000 lièvres, le plan de chasse ayant permis le maintien des populations malgré les difficultés rencontrées par l’espèce ces dernières années notamment au niveau de la reproduction.