carte-des-departements-regions-centre 28 45 18 41 36 37
DATES DE CHASSE
 

VOTRE RENDEZ-VOUS CARTO : Les dégâts de sanglier

VOTRE RENDEZ-VOUS CARTO : Les dégâts de sanglier

Le Sanglier est un mammifère omnivore qui s’alimente de fruits forestiers mais qui peut aussi s’alimenter d’insectes présent dans le sol ou de denrées agricoles. Lorsqu’il s’alimente dans les cultures, il occasionne des dégâts qui peuvent être indemnisés par les chasseurs via la Fédération Départementale des Chasseurs.

 

Riche de sa diversité paysagère, le Loir-et-Cher se distingue globalement en 3 régions :

 

  • le Nord de Loire avec des massifs dont la surface agricole représente plus de la moitié du territoire avec la Beauce et le Perche (culture céréalière et élevage) ;

 

  • Le sud-ouest caractérisé par les vignes, le maraichage et des plaines céréalières représentant entre 25 et 75 % de l’occupation du sol

 

 

 

  • le Sud-est où la surface agricole représente moins du quart de la région, région marqué par la Sologne : sa forêt et ses étangs.

 

Les chasseurs œuvrent à la régulation du sanglier en vue de limiter les dégâts qu’il occasionne aux cultures.

 

En ce sens, sur la saison cynégétique 2020-21 ils ont prélevé 26 300 sangliers grâce au dispositif du Plan de Gestion Sanglier (PGS). A contrario du plan de chasse, le PGS n’instaure ni de minima ni de maxima en termes de prélèvement et exempte les chasseurs de l’acquisition d’un bracelet.

 

Au cours de la même saison, le montant des indemnisations de dégât de sanglier s’est élevé à près de 630 000€. 10 % de ce montant a été versé aux agriculteurs du nord de la Loire, région pour laquelle l’installation du sanglier n’est pas souhaitée (en dehors des massifs forestiers de Fréteval et Marchenoir), du fait d’un habitat agricole à vocation de gestion du petit gibier de plaine.

 

Ce montant a été indemnisé par les chasseurs, au travers de la Participation Financières Des Territoires (PFDT) sollicitée lors de la saison 2022-23. Cette participation correspond au montant indemnisé sur le secteur (massif ou unité de gestion sanglier) rapporté à la surface corrigée des territoires (bois + 20% des autres surfaces).

 

Le saviez-vous ?

Ces dégâts sont déclarés par les agriculteurs et évalués grâce à des estimateurs missionnés par la FDC41. Par la suite, des barèmes sont définis conjointement par la FDC41, les syndicats agricoles et la préfecture, en respectant une fourchette de prix fixée par la Commission Nationale d’Indemnisations.