Agrainage

Conformément au article L425-2 et L425-5 du code de l’environnement, les modalités d’agrainage sont définies comme suit :

 

L’utilisation du maïs pour l’agrainage est interdite en tout temps pour toutes les espèces (petit gibier, grand gibier et gibier d’eau) sur l’ensemble du département.

 

L’agrainage du petit gibier sédentaire est autorisé toute l’année, à pied, à la volée et à la main ou au moyen d’agrainoirs fixes. Il est réalisé au moyen de céréales et/ou d’oléo-protéagineux.

 

L’agrainage du gibier d’eau est autorisé toute l’année, à pied, à la volée et à la main sur la frange d’eau ou dans l’eau ou sur la nappe d’eau gelée. Il est réalisé au moyen de céréales et/ou d’oléo-protéagineux.

Le tir du gibier d’eau à l’agrainée est possible, dans la mesure où l’agrainage est pratiqué comme indiqué précédemment, sauf sur la nappe d’eau gelée.

 

L’agrainage du grand gibier a une vocation dissuasive : il vise à limiter les dégâts occasionnés par ces espèces aux cultures et prairies en occupant les animaux en dehors des parcelles agricoles par une recherche prolongée de nourriture très dispersée. Cet agrainage ne doit en aucun cas se transformer en nourrissage.

 

Les dispositions qui suivent concernent l’ensemble du département sauf les enclos et parcs de chasse reconnus par l’administration.

L’agrainage peut être pratiqué du 1er mars au 30 septembre et du 1er décembre au 31 décembre (agrainage de dissuasion). Il est totalement interdit en dehors de cette période.

L’agrainage est possible, sauf dans les cultures, prairies, roselières et rives d’étang, et ne peut être pratiqué qu’à plus de 100 m de celles-ci et des routes et hors l’emprise des chemins et voies ouvertes au public.

Seuls des produits végétaux bruts, non modifiés après récolte, mais pouvant avoir été concassés peuvent être utilisés. L’usage d’un mélange composé à 50 % de protéagineux (pois, féverolles…) et 50 % de céréales est conseillé à raison d’1kg maximum par hectare boisé et par semaine.

Les apports de nourriture d’origine animale sont interdits.

L’agrainage en tas au sol, ou dans des auges et les dispositifs fixes de tout type sont interdits.

 

Il est interdit de clôturer les cultures à gibier et les Jachères Environnement et Faune Sauvage subventionnées par la Fédération départementale des chasseurs au-delà du 14 juillet.

L’utilisation d’attractifs type goudron de Norvège est possible sauf dans les cultures, prairies et roselières, et ne peut être pratiqué qu’à plus de 100 m de celles-ci et des routes et hors l’emprise des chemins et voies ouvertes au public.

Les enclos et parcs de chasse, reconnus comme tels par l’administration, ainsi que les élevages de gibiers dûment autorisés, ne sont pas concernés par les dispositions précédentes sauf en ce qui concerne l’interdiction d’apport de nourriture carnée.

 

Un bilan des dispositions relatives à l’agrainage sera effectué par la CDCFS tous les 2 ans.