Petit gibier

LIEVRE

PERDRIX GRISE

Le suivi des populations de perdrix passe par la connaissance de trois données principales :

–          Les effectifs de reproducteurs (densité de printemps en nombre de couples de Perdrix grise aux 100 ha de SAU Surface Agricole Utile). Des « battues à blanc sur secteurs échantillons » sont effectuées de début mars à mi avril sur près de 200 communes du département.
–          La réussite de la reproduction (Indice de reproduction en nombre de jeunes par poule de Perdrix grise). Des « échantillonnages de compagnies » consistant à observer la structure (âges et sexe des oiseaux) et la taille des compagnies sont effectués en août.
–          Les pertes et disparitions : cela comprend bien sûr un suivi des prélèvements faits par la chasse mais également une estimation par des études ponctuelles des pertes hivernales et estivales.

 

FAISAN COMMUN

La FDC45 a initié en 2007 une importante opération de repeuplement sur le GIC de la Cléry, impliquant le lâcher d’oiseaux de souche sauvage sur 3 ans, associé au non tir de l’espèce et à l’aménagement accru des territoires. Une seconde opération de même type a été lancée en 2010 sur le GIC du Nan et de la Laye et une troisième en 2012 sur le GIC de Bellebat.

Sur ces zones, les populations de Faisan font l’objet d’un suivi en deux temps :

–          Recensement des coqs chanteurs au printemps
–          Echantillonnage des compagnies début août

Les réseaux de suivi de la faune sauvage

Ce réseau a pour objectif le suivi des populations de Bécasse des bois. Il est composé de 350 observateurs, professionnels de l’ONCFS et des Fédérations départementales des chasseurs ainsi que des bénévoles d’Associations de chasseurs spécialisés. Ce suivi concerne les effectifs nicheurs par le recensement des mâles à la croule et les effectifs hivernant à partir de dénombrements liés à des opérations de baguage. L’analyse des informations récoltées permet d’estimer les taux de survie et de mieux cerner l’origine géographique des oiseaux hivernant dans notre pays. Un système de vigilance en période de vague de froid est également en place sur cette espèce. Correspondant FDC45 : Sylvain DEVILLARD

L’objectif principal de ce réseau est de fournir aux gestionnaires de ces espèces un environnement technique optimal par :
– la mise au point d’outils de suivi fiables,
– l’analyse approfondie des données recueillies pour la gestion des populations (comptage des reproducteurs, échantillonnage de compagnies, relevé de tableaux de chasse), permettant l’étude de la dynamique des populations et de ses variations spatio-temporelles,
– le suivi et l’analyse de l’évolution des populations et de leurs habitats Ces suivis, complétés par des enquêtes périodiques, fournissent un état patrimonial des espèces concernées. Correspondants FDC45 : Lionel VIGOUROUX et Etienne JACHEET (pour le faisan)

Ce réseau, particulièrement actif sur les espèces d’Anatidés, est menée depuis 1987 en période d’hivernage. Sur un échantillon de 90 entités humides, 3 comptages mensuels sont réalisés autour du 15 des mois de décembre à février. L’objectif est de déterminer les tendances d’évolution des effectifs hivernants des principales espèces et d’estimer la taille de leurs populations présentes en France à cette époque. Correspondant FDC45 : Sylvain DEVILLARD

Ce réseau concerne principalement le suivi de la situation nationale des ongulés de plaine et de montagne (cerf, chevreuil, sanglier, chamois-isard, mouflon) par l’analyse des tableaux de chasse départementaux annuels, la répartition des espèces marginales (sika, daim), les plans de chasse communaux chevreuil et sanglier, l’inventaire zoogéographique cerf, les modalités de gestion des ongulés par la chasse. A travers diverses enquêtes et l’analyse des données départementales, ce réseau est devenu un véritable outil de travail. Il fait le point sur l’évolution des populations de cervidés et sanglier au niveau départemental puis national. L’analyse cartographique des données nationales permet également un suivi des zones de colonisation des espèces et un suivi de leur aire de répartition. Correspondant FDC45 : Etienne JOUBERT

Créé en 1993, après une année de test du protocole, ce réseau assure par la méthode des points d’écoute le suivi annuel des populations nicheuses des Grives, du Merle noir, des Pigeons et des Tourterelles ainsi que de l’Alouette des champs et la Caille des blés. Les données descriptives de l’habitat relevées sur les points d’écoute permettent d’étudier la relation des tendances de répartition des espèces avec les caractéristiques du milieu. Correspondant FDC45 : Sylvain DEVILLARD

Créé en 1986 le réseau SAGIR est le système de surveillance sanitaire de la faune sauvage nationale. Son premier objectif est la mise en évidence des principales causes de mortalité de la faune (épizooties, intoxications,…) afin de proposer des mesures pour les éliminer ou en réduire l’impact. Il débouche sur une meilleure connaissance de la pathologie de la faune sauvage et de son impact sur les populations. Correspondant FDC45 : Luc VERAN

Annoncé lors du Colloque national à Troyes en 2013, ce nouveau réseau a vu le jour en 2015. Il s’appuie sur la Charte des réseaux ONCFS / FNC / FDC et complète les réseaux existants en matière de faune de plaine : perdrix grise / faisan et perdrix rouge.

Nos objectifs sont les suivants :

– jouer un rôle de “veille” sur l’évolution générale des populations de lièvre.

– améliorer les connaissances en étudiant l’effet de différents facteurs sur la dynamique des populations grâce à des données recueillies de la même façon dans de nombreux territoires.

– favoriser les échanges entre gestionnaires et mieux diffuser les connaissances et expériences

acquises sur la biologie et la gestion du lièvre.

Composé pour le moment de 18 territoires répartis dans une diversité de régions et d’habitats de notre

pays, il a vocation à s’élargir progressivement.

La lettre du réseau lièvre